NHL 94 sur Megadrive ou la découverte d’une passion

yashide Par Yashide

En cette fin de semaine débutent les Jeux Olympiques d’hiver 2014 à Sotchi en Russie. Bien que moins médiatisés que les JO d’été, il s’agit tout de même d’un rendez-vous incontournable pour tous les sportifs en herbe (enfin plutôt en neige ou en glace) et c’est pour moi toujours un plaisir de suivre un tel événement, tout en me permettant d’égayer de longues journées de travail rébarbatif et peu motivant !

C’est donc avec un article de circonstance que je vais de ce pas vous raconter mon initiation virtuelle et déclarer ma flamme (olympique) pour une discipline pour le moins confidentielle dans nos contrées, le hockey sur glace !

Ma première expérience du hockey remonte au début des années 90 avec le jeu Blades of Steel sur Game Boy, petit jeu certes sympathique (notamment les phases de baston et de tirs au but) mais qui ne m’avait pas marqué plus que ça à l’époque.

Les « lames d’acier »

Cependant, un tout petit peu plus tard, aux alentours de 1993-94, 2 événements m’ont véritablement fait découvrir les joies de ce sport ignoré et totalement mésestimé chez nous. Quels sont ces 2 événements vous demandez-vous ! Oui oui je sais que vous vous brûlez d’envie de le savoir !

Commençons par du grand cinéma…

nhl94-petits_champions-jaquette

Et bien tout d’abord, et ce n’est pas du jeu vidéo, c’est par la trilogie de films « Les Petits Champions » (The Mighty Ducks en VO, qui aboutira à la création de la franchise NHL du même nom à Anaheim) qu’une petite étincelle s’est allumée en moi. Pour l’anecdote, le premier volet (mon préféré) raconte l’histoire de Gordon Bombay (Emilio Estevez), un avocat (et accessoirement ex-étoile montante du hockey à la carrière brisée) condamné, en guise de travaux d’intérêt général, à coacher une équipe de bras cassés d’une dizaine d’années. Bien entendu, production Walt Disney oblige, après des débuts compliqués, l’équipe va se découvrir quelques talents, notamment le jeune Charlie Conway (Joshua Jackson), un état d’esprit et une solidarité sans failles qui les amèneront au sommet.

Fly, Josh ! Fly !

Cette flamme s’est ensuite définitivement embrasée lorsque j’ai découvert le jeu NHL 94 (Electronic Arts) sur Megadrive. Je ne possédais certes pas cette console puisque j’étais dans le camp adverse, mais j’y jouais régulièrement car mon père pouvait la louer, ainsi que quelques jeux, grâce à son CE. Et au milieu des Sonic, Ghouls’n Ghosts et autres Streets of Rage, ce fameux NHL 94, une des premières versions de la très récurrente licence d’EA.

Let’s drop the puck !

Let’s go Pens !!!

Une fois le jeu lancé, première étape, le choix d’une équipe… Le jeu étant sous licence NHL, toutes les franchises de l’époque étaient donc bien présentes dans le jeu. Mais bon, n’y connaissant rien, il faut bien aller en tâtonnant… Je passe d’une équipe à une autre dans le menu de sélection, j’hésite, je passe à la suivante, et ainsi de suite. J’arrive alors à la lettre « P » et à l’équipe des Pittsburgh Penguins… Débile comme je suis et m’amusant de pas grand chose (« Ahahah trop marrant y’a une équipe c’est des pingouins tiens je vais essayer de jouer avec eux »), il n’en faut pas plus pour que mon choix se porte sur cette franchise (faisant par ailleurs partie des meilleures, ce qui ne gâchait rien ;-)).

Mulet style… Mario Lemieux et Jaromir Jagr, mes 2 joueurs préférés EVER

Mais venons-en aux faits, ce jeu, qu’avait-il de particulier ? Et bien certainement pas ses modes de jeu, pas très originaux (Exhibition, bizarrement nommée Regular Season, Playoffs, Séance de tirs aux buts …). Quant à son réalisme, difficile de juger lorsqu’on ne connaît pour ainsi dire rien au sport en question. Pour ce qui est de la palette de mouvements disponibles c’est assez limité, on passe, on tire, on charge… Côté animation et graphisme en revanche, c’est assez plaisant, c’est fluide, ça glisse bien, avec une vue de dessus idéale pour une bonne vision du jeu. Et enfin, pour ce qui est de l’ambiance sonore, il n’y a pas encore de commentaires mais quelques points sont intéressants comme les gémissements des joueurs après une charge violente, les traditionnels airs d’orgue joués avant les mises en jeu, le public qui réagit lors des séquences chaudes…

Une description appréciable des forces en présence avant chaque rencontre

Je voudrais tout de même préciser un point quant au réalisme du jeu, dont je ne me suis rendu compte qu’a posteriori. Je ne comprenais pas que parfois que l’ordinateur retire son gardien et que je me retrouve par conséquent seul face au but à n’avoir plus qu’à pousser le palet au fond des filets. J’espérais qu’à tout moment au cours du match j’aurais la chance de tomber sur cette situation et de marquer facilement. Je n’ai compris que plus tard que cela ne se produisait qu’en fin de match, dans le cas où l’équipe adverse avait 1 ou 2 buts de retard, afin d’avoir un joueur de champ supplémentaire et espérer profiter de la supériorité numérique pour revenir au score. J’étais d’ailleurs bien amusé lorsque j’ai pour la première fois vu un match de NHL à la TV et que la situation s’est produite. Bon comme la plupart du temps cela s’est soldé par un but encaissé…

La fin de match approche, l’empty netter n’est pas loin !

Bref, de mon point de vue de rookie, on peut dire que le pari est incontestablement gagné avec ce jeu, d’autant plus qu’il a réussi le tour de force de scotcher au jeu d’autres personnes réfractaires à la base ! N’est-ce pas un gage de qualité quand tu proposes la première fois à ton pote d’y jouer et qu’il te dit « ouais bof c’est nul le hockey, tu veux pas plutôt mettre Streets of Rage ou DBZ ? » et qu’au final les fois suivantes c’est lui qui veut y revenir ?

Encore un but pour Mario Le Magnifique ! Et une pénalité mineure pour Jagr !

Accepté dans mon Hall of Fame…

Oui, tout simplement, ce qui a imposé ce jeu dans ma vie de gamer, c’est ce plaisir permanent qui poussait encore et toujours à vouloir faire un match de plus, et ce bonheur sadique ultime d’éclater la tronche de son pote contre le plexiglas à coup de charges dévastatrices !

La satisfaction malsaine d’envoyer un joueur adverse à l’hôpital 😀

Il n’en fallait pas plus pour faire de moi un passionné de hockey et un supporter des Pittsburgh Penguins pour les décennies à venir… Et depuis ce temps, je fais fièrement partie des pigeons qui rachètent (presque) tous les ans l’édition actualisée, même si les évolutions sont minimes… Pour certains c’est FIFA ou PES (bon ok j’ai également eu ma période…), pour moi c’est NHL !!!

nhl94-stanley_cup_2009

nhl94-stanley_cup_2009_2

Il m’aura fallu attendre 2009 pour enfin voir mes Penguins triompher et remporter la Stanley Cup…

– Yashide – https://twitter.com/lardon_83

Publicités

5 réflexions au sujet de « NHL 94 sur Megadrive ou la découverte d’une passion »

  1. Hahaha j’suis fan des NHL aussi (pourtant je regarde jamais de hockey :D), et je suis « supporter » des San Jose Sharks (avec des grosses  »  » vu que je regarde jamais les matchs) à cause de ces jeux, j’avais choisi l’équipe parce que le logo était cool (pareil pour les Minnesota Timberwolves à cause des NBA live). Ces jeux sont super bien foutus et agréables à jouer. J’avais fait un test y’a un moment si ça t’intéresse :

    et

    (la 2è partie est super courte, j’avais la limite youtube à l’époque …).
    ps : ah ouais en fait dans la vidéo je joue contre les penguins je me rappelais même pas 😀

    • les équipes à base d’animaux ça marche bien pour attirer les novices ^^

      tes joueurs préférés c’est qui?

      cool pour les vidéos je regarde ça dès que possible 😉

      bizarre pour les commentaires, mais merci de m’avoir prévenu je vais voir ce qui se passe !

      • Ah bah je me rappelle surtout du gardien des San José Sharks « Arturs Irbe » (dans plusieurs versions) car j’étais souvent homme du match avec lui, et sur la boîte du jeu y’avait une mention comme quoi ils avaient ajouté le réalisme des « arrêts » spectaculaires (avec la cross levée, l’arrêt papillon …) de certains gardiens, dont Irbe (Hasek et Belfour, qui était goal des sharks aussi).

        Et toi c’était Mario Lemieux j’imagine ? 😀
        (d’ailleurs il marque dans ma vidéo, même si je l’insulte mdr).

      • Mario Lemieux et Jaromír Jagr. Comme je faisais pas de changements de lignes ils avaient des stats complètement improbables 😀

        Je me souvenais meme pas que Belfour avait joué chez les Sharks !

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s