Bienvenue à Mirapolis !

yuuyakun par YuuyaKun

Logo_Mirapolis

Bienvenue à Mirapolis,
Entrez, entrez petits et grands,
Laissez les mineries en coulisse

Chantait notre cher Carlos, parrain de ce parc qui fait malheureusement aujourd’hui partie de la liste des parcs disparus, comme son homologue Planète Magique.

Mais commençons par le commencement…

Mirapolis, premier grand parc d’attraction français a ouvert ses portes le 20 mai 1987, inauguré par le 1er ministre d’alors Jacques Chirac, à Courdimanche (proche de la ville de Cergy Pontoise) pour les fermer définitivement le 20 octobre 1991.
Ce projet, démesuré pour l’époque, fut développé autour d’un thème bien de chez nous : les contes et fables de France. Eparpillées sur 47 hectares, les 29 attractions présentes lors de l’ouverture étaient, à l’instar des parcs de Walt, regroupées en zones thématiques pouvant être parcourues via un petit train d’une capacité d’environ 100 personnes.

gargantuaDominé par le géant Gargantua, un colosse de résine mesurant 35 m de hauteur pour 100 tonnes (devenant ainsi la seconde plus grande statue creuse du monde derrière la Statue de Liberté herself), le parc affichait des chiffres hors normes pour notre petit pays d’Europe de la fin des années 80 (en guise de comparaison, le parc Astérix qui lui ouvrit en 1989 ne couvrait que 22 hectares avec moins de 20 attractions)

Quelles attractions a bien pu nous offrir Mirapolis pendant ses 5 années d’existence ?

carte29 attractions en 1987, quasiment le double à sa fermeture en 1991, voici une petite liste non exhaustive des plus marquantes d’entre elles.

– La Ville d’Ys (1987) : ce parcours scénique, aussi appelé « dark ride », vous emmène dans les entrailles de l’Atlantide Bretonne. Engloutie par l’océan, on peut y rencontrer des monstres marins dont une impressionnante hydre à 10 têtes

– L’Arbre Lumière (1987) : spectacle d’animatroniques autour d’un gigantesque arbre en fibre optique (450 kg et 10 000 fibres optiques) qui nous raconte l’histoire d’un vieux hibou détenteur du secret de la création de l’univers.

arbre lumière– La descente des rapides (1987) : attraction aquatique qui éclabousse à l’instar du grand splatch à Astérix.

rapides– La tour de Léonard de Vinci (1987) qui abrite l’atelier du génie italien. Ce dernier sous forme d’audio-animatronique sophistiqué (mais malheureusement hyper bruyant et aux 300 moteurs plutôt visibles selon les souvenirs des jeunes visiteurs) vous présente les créations du passé et d’aujourd’hui (enfin du aujourd’hui des années 80, pas de smartphone et autres écrans plasma !)

– Gargantua (1987) : le géant à l’appétit d’ogre vous invite dans son gros bedon pour découvrir via des nacelles suspendues le déroulement de sa digestion, assistés de petits globule et leurs copains les enzymes

– Le Dragon des sortilèges (1987) : ces montagnes russes surmontées d’une tête de Dragon bleu, gueule béante traversée par les rails, est pour la plupart des plus jeunes visiteurs leur première attraction à sensation.

dragon– Le Miralooping (1988) : cette montagne russe (construite par la société Vekoma) est à son ouverture le parcours comprenant le plus d’inversion en France (4 inversions) mais fut rapidement détrônée par le Goudurix présent à partir de 1989 au parc Astérix (7 inversions).

A l’époque Johnny Hallyday y a même perdu ses lunettes fétiches (c’est comme ça qu’il est devenu l’égérie d’Ooooptic deuuuux milleeeuuu)

– Le Château des Visions (1988) : un cinéma 4D, attraction alors exclusive pour la France.

ciné

A ces attractions permanentes s’ajoutent des manèges forains payants en sus du prix d’entrée qui s’élevait à la somme de 100 francs pour un billet adulte et 70 francs par enfant.

Pourquoi des attractions foraines dans ce type de parc ? Et bien la réponse nous amène aux raisons de l’échec de Mirapolis.

Pour une vue rapide des attractions présentent à l’ouverture je vous invite à jeter un coup d’oeil à cette video tirée des VHS offertes aux employés du parc.

Il était une fois… Un mauvais départ

Le 21 mai 1987, jour d’ouverture au grand public, 150 forains pénètrent de force dans le parc bien décidés à manifester leur colère contre ce parc qu’ils considèrent comme une concurrence déloyale. Armés de barres de fer et autres objets contondants, ils mettent à mal plusieurs installations et attractions, pour un total de 650 000 Francs de dégâts, et font une dizaine de blessés.
Cette attaque ternit dès le départ l’image de Mirapolis qui avait pourtant attiré ce premier jour 3 000 personnes. De nombreux groupes scolaires et visiteurs annulent alors leur déplacement, représentant un manque à gagner d’environ un million de Francs.
L’affaire se poursuit avec une nouvelle intervention des mécontents forains avec la distribution le 24 mai de faux cartons d’invitations offrant une entrée gratuite, attirant ainsi 1500 personnes à l’entrée de Mirapolis qui se voient alors refusé l’accès.
D’autres tentatives de mise à mal auront lieu, dont le déversement de clous sur la bretelle d’autoroute menant au parc.

L’autre principal problème du parc se résume à ses chiffres hallucinants, autant en terme de superficie qu’en terme de rentabilité. L’idée, basée sur les parc à thèmes Américains, pouvait sembler parfaitement viable sur papier : 2 millions de visiteurs par an, 200 jours d’ouverture, mais la réalité fût bien décevante. Seuls 600 000 visiteurs se sont présentés la première année d’exploitation.
Alors pourquoi un tel écart entre la réalité et les estimations ? Les concepteurs de Mirapolis l’avaient pensé comme un parc à visée nationale. Hors, il n’attira qu’un public à forte majorité régionale, à ceci s’ajoutant les frais d’entretien courant sur non pas 200 mais 365 jours…

mirapolis engMirapolis était en fait un parc en avance sur son temps. Sa superficie, la technologie de ses attractions sont devenus la norme pour les parcs aussi bien en Europe qu’aux Etats-Unis. Il aurait mérité que le public français s’y attarde un peu plus, la rentabilité pour les parcs étant rarement atteint dès les premières années d’exploitation mais l’arrivée de sérieux concurrents, c’est-à-dire Astérix puis Disney, a eu raison de Gargantua et de ses investisseurs.

La mémoire de Mirapolis

Aujourd’hui des passionnés du parc continuent à faire vivre la mémoire de Mirapolis à travers des expositions, des rencontrent avec les concepteurs… Nous vous présenterons cette association, appelée « Mirapolis les amis du parc » dans un prochain article. Leur oeuvre mérite qu’on lui consacre un peu plus qu’un paragraphe !

En attendant, et si vous aussi vous souhaitez revivre ces belles heures passées, je vous invite à faire un tour sur leur page Facebook, sur laquelle vous pouvez retrouver de nombreuses photos tout emplies de nostalgie.

pub

Sources :
Le parisien.fr
Eighties.fr

Forum Mirapolis
Facebook Mirapolis 

– YuuyaKun – https://twitter.com/yuuya_kun

Publicités

5 réflexions au sujet de « Bienvenue à Mirapolis ! »

  1. Que de souvenirs! J’ai bien du y aller 4 ou 5 fois quand j’étais petit, j’adorais ce parc, c’est vraiment dommage qu’il est du fermer, il avait une ambiance particulière et avec le temps on se rends compte effectivement qu’il était trop en avance…

  2. suite à votre phrase : Nous vous présenterons cette association, appelée « les amis de Mirapolis » l’association s’appelle exactement : « Mirapolis les amis du parc » merci de votre compréhension

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s