La Saga Dragon Ball Z (Partie 3)

melkiok Par Melkiok

Bon ok la Super Nintendo a été grande pourvoyeuse de jeux liés à l’univers DBZ (avec des épisodes plus ou moins réussis voir ici et ici les très bon articles de Yashide) pour le plus grand plaisir des Nintendomaniac.

Moi mon gros problème c’est que je n’avais pas de Super Nintendo ! La venue d’une Megadrive à la maison avait déjà été suffisamment compliquée et de longue haleine pour ne même pas pouvoir envisager l’acquisition d’une seconde console.
Alors quand je voyais dans les pages de mes magazines favoris les previews et les tests des deux premiers DBZ j’étais tout simplement envieux et dépité.

kamehamehaJ’étais tellement fan de cette licence que les photos montrant le duel d’énergie présent dans le second épisode me faisait totalement halluciner et que les enchainements d’écran des Meteo Smash montrés dans les mags trucs et astuces me décrochaient carrément la mâchoire.
Et puis c’était qui ces persos totalement Badass avec une pure classe que j’apercevais sur certains Screen ??? (Bojack, Broly…)

dbz_bt2_charactersAlors quand en Mars 94 une News est apparue dans Joypad sur un jeu DBZ développé sur Megadrive je n’en croyais pas mes yeux.
Bon je ne connaissais pas trop encore l’import (cela changera avec la Playstation) et j’attendis donc le Day one en scrutant le moindre screenshot distillé dans les magazines au fil des mois.

DBZ jaquette

Enfin un soir, mes parents rentrent du boulot avec le précieux.
Ma mère ayant eu un Score Games a proximité de son boulot, ce fut elle mon mandataire officiel pour tout ce qui était achat et renseignements sur la date de sortie des jeux que j’attendais encore + que les autres (à l’époque pas de net donc il fallait demander gentiment aux vendeurs).

Dragon Ball Z : L’appel du Destin

titlescreen

Ca y est je détiens enfin le seul et unique DBZ sur Megadrive. J’avais déjà tiqué à l’époque sur le sous titre bien ringard : « L’appel du Destin » mais bon passons.

Ce qui changeait par rapport aux opus Super Nes c’est le casting : Ici on fait dans le classique avec les héros que l’on connait bien tel que Piccolo, Goku, Gohan adoTrunks et Vegeta tous les quatre en super guerriers.

Un choix de perso honnête

Les deux gros méchants de l’anime : Cell et Freezer tous deux dans leurs dernières formes (il faudra attendre les DBZ Budokai pour pouvoir s’amuser avec leurs différents Stades d’évolutions), C-18 qu’on pouvait déjà retrouver dans l’épisode 1 Super Nes. Et puis il y a les outsiders totalement inédit et quel plaisir de pouvoir jouer avec Krilin, Rikkum et Ginue de la période Namek.

Piccolo qui se fait malmener sur Namek par Rikkum un des perso inédit de cet opus

Bon il faut reconnaitre qu’il y a plus fun et charismatique comme perso mais cela faisait plaisir d’avoir de l’inédit par rapport à la Super Nes. Le gameplay lui ressemble fortement à ce qui se faisait déjà à savoir des coups spéciaux, des attaques d’énergies à balancer et les fameuses super attaques qui faisait quand même tout l’intérêt du titre à l’instar des fatalités dans Mortal Kombat.

Le cœur du jeu c’est quand même bien les Kamehameha, Final Flash et autre Makankosappo que l’on peut balancer à la tronche de son adversaire. Du coup bien sur le split Screen est de la partie pour cette version ainsi que les esquives qui vont bien (soit on repousse l’attaque, soit on se téléporte, soit on la désintègre, soit on la renvoie)

A noter des petites animations contextuelles sympa si par exemple on tente de repousser une attaque d’énergie sans avoir la forme nécessaire (exemple Piccolo qui perd son bras et le fait repousser).

Les Meteos Smash sont également bien présent et assez fidèles à ce qu’on peut voir sur les épisodes Super Nes. Dommage que la destruction du décor n’ai pas été repris ici.

A noter que pour Ginue son Meteo Smash est assez exigeant à sortir (uniquement quand il nous reste 1/4 de vie) mais vaut carrément le coup. En effet on peut tout simplement effectuer son « Body Change » de l’anime qui permet de swticher de corps (et donc de barre de vie) avec l’adversaire !

Passons aux deux défauts majeurs selon moi :

  • Le clignotement des attaques et l’absence des duels d’énergie ! Je ne sais pas si c’est du aux performances de la Megadrive mais ce choix est en tout cas hyper critiquable et je trouve que les attaques ont largement plus de pêche et de classe dans les version Super nes.

LE gros manque de cette version 😦

  •  L’ultra méga lenteur du jeu en 50 Hz. Les persos ont l’air d’être englué dans une sorte de mélasse qui les fait se mouvoir à deux a l’heure (ne parlons pas des sauts…) On s’en accommode mais bon…

Pour conclure j’ai tout de même passé de très bons moments sur ce jeu qui a permit de combler pour un temps du moins pour un temps ma boulimie DBZ.

Dragon Ball Z : Ultimate Battle 22

Un autre jeu DBZ me permit d’en remettre une couche et d’attendre la Playstation avec une impatience encore plus grande : DBZ Ultimate battle 22.

La première fois que j’aperçus une image c’était je crois dans le Hors série 1 de la Guerre des console. Je flash carrément sur les photos et je me dis qu’avec la puissance de la machine on va vraiment avoir l’impression de jouer au dessin animé.

Pour dire à quel point j’étais accroc, dans la partie consacrée à la Saturn il y avait 2 screen d’un jeu DBZ. Graphiquement différent cela me donna envie d’acheter en plus de la PSX, la Saturn ! (heureusement je me résonnais quelques mois plus tard)

Bon déjà le grand choc de cet épisode 32 bits : L’intro en dessin animé juste excellente et qui nous met en émoi dès les premiers instants du jeu.

Second choc : Le nombre de perso

Cette fois ci on a presque le droit au double des épisodes 16 bits et encore + avec les persos cachés qui nous font passer à 27 ! Il y a du lourd niveau inédit ! : (et puis l’écran de sélection à la classe)

Zabon, Ten Shin Han, Tortue Géniale, Goku petit, Mr. Satan mais surtout…Goku en Super Sayen 3 et Gogeta !

Mon petit cœur avait eu du mal à se remettre d’un tel choix !

Mais j’ai vite déchanté une fois le jeu lancé…

Bon le point positif est le graphisme des personnages que l’on croirait tiré directement des Cellulo de l’animé. Néanmoins la définition et les contours ont un aspect assez flou qui m’a tout de suite ennuyé.

Ce pauvre Tortue Géniale sur le point de se faire atomiser par Goku en Super Saiyan 3

Après par contre c’est une avalanche de défauts :

  • Les décors vraiment vide et moche. Ok la mode est la 3D à tout va avec la génération 32 bits mais pour le coup c’est loupé avec des textures vraiment baveuses et des modélisations grossières qui cassent l’ambiance.

Magnifique décor de euh…On est où là ? Namek ? ah bon d’accord

  • « Bon on est sur PSX les mecs dont on peut faire du Zoom en hard les doigts dans le nez, donc on vire le split screen« , alors en voila une riche idée sauf que du coup toute la partie fun que sont les attaques d’énergie passent à la trappe. Enfin elles sont toujours présentes mais sont réduites à de simple boulettes sans ampleur. Autant sur 16 bits réussir à placer ces attaques nous rendaient euphoriques à sautiller sur le canapé autant là ça donne + envie de se prendre une verveine et d’aller faire une sieste.

Hormis les Kamehameha miteux, tout est mou dans le jeu. La version Megadrive semblait un peu mollassonne ? Oh wait ici on a juste l’impression de jouer sous anxiolytique tellement l’i-n-e-r-t-i-e est pesante. On a plutôt l’impression de faire du smurf en permanence que de diriger des super guerriers de l’espace capable d’exploser un continent d’un haussement de sourcil.

Le Choc de deux époques…

Je suis un peu dur mais franchement ce n’est pas avec grand plaisir que j’insérais le CD dans ma console pour me faire une partie.

Et évidement pour couronner le tout aucun mode histoire ! Pour dire je n’ai eu aucun scrupules à revendre le jeu (pour me payer King of Fighter 95 qui était autrement plus fun).

DBZ UB 22 Cell vs Gohan

J’aurais tellement voulu aimer ce jeu

Voila pour mon expérience des jeux DBZ ! A la prochaine pour une 4ème partie qui portera sur la folie des produits dérivés au sens large du terme !

Je vous laisse avec une video bien sympa qui fait un large panorama des jeux sortis.

– Melkiok – https://twitter.com/melkiok

Publicités

3 réflexions au sujet de « La Saga Dragon Ball Z (Partie 3) »

  1. Tu n’aurais pas dû te raisonner : le dbz de la Saturn est sans aucun doute le meilleur, et de trèèèèèèèèèèès loin, de tous les jeux de fight dbz génération super nes/ps1…

    • Troll ?
      On parle bien de ce DBZ où aucune boule d’énergie n’était faisable ? Il fallait baisser la vie de son adversaire à 0 pour que l’IA nous sorte un kamehameha seul ?
      Je pense vraiment que c’est un gros troll parce qu’il n’y avait pas + soporifique et décevant que l’opus Saturn 🙂

      • Duo a raison, le meilleur DBZ de la saga des Butôden entamé sur Super Nintendo est le Shin Butôden sur Sega Saturn, sorti seulement au Japon.

        Le titre dont Quentin parle est Dragon Ball Z Idainaru Densetsu (connu en Europe sous le titre Dragon Ball Z legend) sorti sur Playstation et Saturn. Titre qui se voulait novateur, mais plus ou moins réussi.

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s