QuackShot le retour

yuuyakunPar Retro Bonheur

Pour faire suite au premier article, on peut être surpris que Quackshot n’ai pas plus marqué l’histoire du jeu vidéo. Pour le comprendre, il faut se replonger au moment de sa sortie.

Héritage

Un an auparavant, au mois de Novembre 90, Castle of illusion débarque sur Megadrive et devient à la fois l’un des premiers vrais bons jeux du support mais aussi le premier jeu de plateforme Disney sur console 16 bits. Plus encore, il bénéficie d’une concurrence famélique à sa sortie. Quand Quackshot sort, d’excellents jeux sont depuis apparus : Streets of Rage par exemple, mais surtout Sonic (et je ne compte même pas la concurrence des jeux de plateforme hors Sega comme Super Mario World, Super Mario Bros 3 ou encore PC Kid). Résultat, quand la hype sur Sonic et les nouveaux Mario redescend, Quackshot n’est déjà plus le dernier Disney Megadrive, le rôle étant alors tenu par World of illusion aussi développé par la même équipe.

Lire la suite

World Of Illusion sur Megadrive

melkiok Par Melkiok

Les 16 bits et Disney c’est une longue histoire d’amour.

Tout d’abord, car nombre de titres ont fait les belles heures des gamers des années 90, le plus dur est de se retenir de ne pas tous les nommer mais au hasard allez hop mon petit classement perso : Aladdin, Le Livre de la Jungle et Mickey Mania !

Evidemment en tant que bon SEGAmaniaque je vais ici aborder le versant SEGA des licences Disney.

Lire la suite

La Game Gear, la portable improbable (Partie 2)

yuuyakun par YuuyaKun

Dans mon précédent article j’avais abordé le cas des jeux Game Gear, assez peu nombreux, pas toujours bien portés et qui finalement se sont vite éclipsés pour laisser place, grâce à l’adaptateur magique, au jeux Master System 2 (oui vous savez la petite soeur de la Master System, la mienne incluait d’office le jeux Alex Kidd)

SMSII3

Et pour cause, la gamme déjà plus conséquente des jeux Master System propose plus d’un titre mettant en scène les héros de mon enfance et je ne peux évidemment que commencer par l’univers qui m’est le plus cher : Disney. Lire la suite