Les Jeux de la Cour de Récré partie 3 : Les Images Panini

melkiok Par Melkiok

Pour ce troisième chapitre des jeux de cours de récré place à un spécial « Images à collectionner » !

PaniniLogo

De quoi je vous parle ? Eh bien tout simplement des images Panini et consort que nous achetions évidement pour compléter un album de notre dessin animé favori mais également pour le plaisir d’exhiber nos meilleures pièces et ainsi ouvrir la porte à la folie du troc & des échanges !
Car oui finalement l’album n’était qu’un support prétexte et ne reflétait aucunement la diversité de nos collections pour le moins hétéroclites.
Je me souviens de paquets de centaines de cartes où il n’y en avait quasi pas deux identiques…
Les Mini Pouces, Bibifoc Les Petits malins ou Pif & Hercules ? Aucun problème je ne crois pas qu’un seul dessin animé n’ai pas eu le droit à sa collection d’images auto collantes dans les années 80/90 !

Vous en avez l’habitude place au petit point d’histoire sur la société responsable de la dilapidation de notre argent de poche chez notre buraliste préféré.

Comme le laisse suggérer le nom, tout part de la ville de Modène en 1961 quand deux frères Giuseppe et Benito Panini alors marchand de journaux ont la riche idée de proposer des cartes de footballeurs en achat direct autrefois cantonnés comme bonus dans les emballages des tablettes de chocolat.
Le concept était né !
Mais la vraie idée de génie intervient au début des années 70 avec la révolution technique apportée par l’image autocollante.

Autrefois en carton et livrés avec un tube de colle offert pour les fixer, la possibilité de pouvoir les coller sans effort décuple la popularité et la collectionite se répand mondialement. On parle quand même aujourd’hui d’un empire vendant environ 1 milliard de pochettes par an !

En France on commence modestement avec la parution en 1970 d’albums portant sur les animaux ou les voitures mais bien vite des licences bien plus juteuses et aguichante viennent étoffer la proposition avec Barbie, Les 12 travaux d’Asterix ou bien encore Candy ! Début des années 80 c’est l’explosion grâce aux bons dessins animés japonais dont nous abreuve Le Club Do et Récré A2 et bien vite les superbes images cartonnées à dispo dans les tablettes des Merveilles du monde parurent bien désuètes.
Cobra, Les Chevaliers du Zodiaque ou encore Sailor Moon sont de la partie.
Sans compter les productions faisant immédiatement référence à nos joujoux préférés tel que MASK, Les Maîtres de l’univers et GI-JOE.

Bref comme exprimé dans mon intro nous avions une foule de licences au sein de nos différents paquets dont la valeur bien arbitraire dépendait évidement de ce qui était représenté sur l’image.
Cette image tiré du dessin animé Popple est t’il le clou de ma collection ?
Certainement pas ! Par contre Seiyar en plein méteor de pégase avec en bonus un revêtement brillant ? La d’accord !

unnamed (4)

Je mentionne l’air de rien la notion de brillance revenons la dessus un instant. Outre le fait qu’un paquet était composé de façon totalement aléatoire (impliquant de dépenser des sommes folles si l’on voulait compléter un album sans faire d’échange) nous avions parfois la douce surprise d’y trouver une version brillante de certaines images !

Bien sur c’est ce type précis qui attirait toute la convoitise lors d’un échange tant le revêtement argenté avec même parfois un petit côté hologramme pouvant magnifier la plus banale des illustrations.
Mais vous vous doutez bien qu’au delà de l’aspect hasardeux du tirage dans un paquet la rareté de celles-ci étaient encore d’une autre teneur. Malheureusement le secret est fichtrement bien gardé et je n’ai trouvé vraiment aucune info de stat quelconque sur la présence de celle-ci au sein des paquets…

De mon souvenir nous nous rendions avec la modeste somme de 5 fr en poche pour pouvoir obtenir notre précieux paquet d’environ 10 images chez notre buraliste favori.


Il fallait bien sur également se procurer l’album dont le prix d’appel n’était pas excessif tant la manne financière provenait finalement de l’acharnement que le bambin aurait à vouloir le compléter.

Mais ma fois tout ceci était une quête bien vaine tant les sommes à investir pouvait se révéler décourageante…
Comment alors enrichir sa collection dans une époque où internet & autres Ebay n’existaient pas ?
Alors oui bien sur il y avait toujours l’option d’adresser un courrier pour recevoir les images manquantes mais cela était perçu comme de la triche et pouvait accessoirement se révéler également assez ruineux ! (bon ok j’avoue l’avoir fait pour mon album des crados…)

Capture

La cour d’école devenait alors le lieu de toutes les spéculations & échanges plus ou moins sournois (« Ton paquet de 50 cartes Jayce & Cosmocats contre une brillante DBZ ?« )
Mais aussi et surtout de duels qui pouvait rapporter gros !
En effet chaque temps de liberté était mis à profit pour se lancer dans ce que nous appelions le jeu de la « Tapette ». Je vois ici et là divers noms mais je me souviens parfaitement que c’était ce terme qui était l’usage lors de mes années primaires.

tec210

D’une simplicité enfantine cela consistait à taper du plat de la main sur une carte en question afin de la retourner.
Les modalités variaient (Nombre de retournements et parfois dans un timing précis) mais celui qui les remplissaient remportait la mise qui pouvait se révéler gratifiante car il n’était pas rare de miser une carte particulièrement convoitée (les fameuses brillantes notamment) contre un paquet ENTIER plus ordinaire.

Je ne vous cache pas que les techniques les plus viles étaient parfois utilisées comme celle de mouiller sa main avant de taper afin de faire adhérer plus que de raison la carte ou bien la corner pour avoir plus de chance de la retourner…

Mentionnons pour finir que parfois le contenu des albums comportaient un certain nombre d’illustrations des plus discutables au vu de l’approximation du design !
Voyez plutôt

Ea0sOOmXQAApoHw

Pour conclure je me souviens encore avec émotion de ma boite à image dans laquelle je conservais religieusement mon butin de cartes dont je parcourais le contenu avec rêveries en compagnie des amis Seiyar, Son Goku, Starlion et autres Matt Tracker !

Mais dites vous bien que ce sujet n’est pas terminé car je me dois de consacrer un article entier à deux franchises de cartes bien particulières

– Melkiok – https://twitter.com/melkiok

6 réflexions au sujet de « Les Jeux de la Cour de Récré partie 3 : Les Images Panini »

  1. J’ai commencé les Panini avec Asterix… après je ne sais plus très bien quels albums j’ai eus (Gi-Joe, sans doute ?) mais à force on échangeait les stickers sans avoir nécessairement les albums. Certaines photos de ce post ont réveillé de sacrés souvenirs. Tout comme les Crados et les Fatanstickers… vivement la suite ! Sur les Crados, très difficile de choper Marthieu le dégueu (le boss des boss, que l’on voit en couverture de l’album 1) mais j’ai fini par l’avoir, à la régulière, je me souviens encore de ce moment ultime…!

    • Ravi de voir que tu fus adepte des Crados tout comme moi
      Ah ce bon vieux Mathieu le Dégeu, totalement emblématique de la franchise !
      Le tête d’affiche de l’album 2 était beaucoup moins subversif (Robin des doigts ou un truc du genre ?)
      Les Fantastickers j’ai découvert ça en vacances chez l’épicier du coin…
      La diversité des thèmes et le look déjanté mais néanmoins ravissants des illustrations m’ont complètements acquis à la cause du truc !

      J’avoue avoir du mal également à me souvenir des albums que j’avais possédés
      Quasi sur Saint Seiya et Tortues Ninja ze movie

  2. Outre le fameux album de foot, mes frères avaient Musclor.
    De mon côté je me souviens avoir eu les Schtroumpfs puis un joli album sur l’Europe des 12 (les pays de la CEE étaient plus faciles à retenir, à cette époque)…
    Sinon on avait des vignettes Denver le dernier dinosaure dans les boîtes de je ne sais plus quel fromage (vache Grosjean peut-être) mais on avait pas l’album. On collait les vignettes sur nos armoires… 🙂

    Ma fille a eu un album sur les animaux sauvages, ainsi que Oggy et les cafards et, son dessin animé préféré : Les Simpson.
    La tradition continue ! 🙂

    • Mes parents viennent de gratter les dernières reliques des saloperies de vignettes (notamment celles qu’on payait 5 ou 10 balles que l’école nous vendait pour la bonne cause qu’on avait flanqués un peu partout chez nous…30 ans après ahah

      Sinon ravi de voir que tu perpétues la tradition avec les belles licences que tu évoques

      Mon masterpiece reste quand même celui des crados car complété à 100% mais j’ai une affection pour l’album du film des tortues NINJA (j’étais d’ailleurs membre du club des tortues ahah)

      Musclor ? Je suis trop jaloux c’était mes joujoux de référence étant gamins…

Répondre à Melkiok Annuler la réponse.

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s