World Of Illusion sur Megadrive

melkiok Par Melkiok

Les 16 bits et Disney c’est une longue histoire d’amour.

Tout d’abord, car nombre de titres ont fait les belles heures des gamers des années 90, le plus dur est de se retenir de ne pas tous les nommer mais au hasard allez hop mon petit classement perso : Aladdin, Le Livre de la Jungle et Mickey Mania !

Evidemment en tant que bon SEGAmaniaque je vais ici aborder le versant SEGA des licences Disney.

Il y a eu dans cette tripotée d’adaptations une parenthèse enchantée que l’on pourrait qualifier comme la Trilogie Disney de Sega Japon. Car oui à cette époque Disney n’avait pas de département dédié et vendait uniquement les licences de ses persos au plus offrant.

Ça tombait plutôt pas mal car SEGA cherchait à frapper un grand coup pour démontrer toutes les capacités de sa 16 bits fraîchement sortie des usines. Quoi de mieux que de s’approprier l’univers Disney évocateur pour petits et grands, et ce de façon internationale.

Ces 3 jeux mettent donc en scène nos amis Mickey et Donald dans : Castle Of Illusion, Quakshot et World of Illusion.

Je me souviens encore des bornes de démo faisant tourner Castle of Illusion chez feu Toys R US et bon dieu quel enchantement visuel c’était. La magie et la féerie se dégageant des déambulations de cette chère souris en culotte courte m’hypnotisait littéralement.

32aa287a955d7410415cd991f7f57fbc

Bien sûr je me le suis procuré dès que la Megadrive fut mienne mais il faut dire que Sonic lui avait donné un coup de vieux (le titre était paru en 1990 tout de même).

Quackshot n’est jamais rentré en ma possession, charmé que j’étais mais pas absolument convaincu de la structuration non linéaire du jeu.

000972

Non c’est avec l’épisode de synthèse réunissant Mickey et Donald que j’eus la révélation suprême. Pourquoi ? Eh bien cela tient en un mot : C-O-O-P-E-R-A-T-I-O-N
Mais je vais y revenir n’anticipons pas.
C’est donc le studio Illusion Shot Picture qui est aux manettes (auteur déjà des deux premiers jeux de la licence)

Le jeu sort chez nous pour Noël 1992 mais je l’obtiens plutôt fin 1993 lors d’un troc en boutique d’occaz.

Le principe était pour le moins très original d’ailleurs puisqu’on pouvait échanger les jeux par années. Un bon vieux Chakan tout naze contre Sonic 2 ? Mais oui ma bonne dame pas de problème. Je doute que la boutique ait fait long feu.

Bref.
Évacuons bien vite le pitch nous contant que Mickey et Donald se sont fait happer dans un monde magique alors qu’ils étaient eux mêmes en train de s’exercer sur scène à quelconques tours.

Le jeu va se composer de 5 niveaux :

  • Enchanted Forest
  • Among the Clouds
  • Underwater Adventure
  • The Library
  • The Magic Box

Eux mêmes divisés en 3 sous niveaux.

Nous avons donc le choix entre nos deux compères et c’est bien naturellement que j’opte pour l’emblématique Mickey. Je débute ma partie et je suis tout de suite en mode effet « Wahou« .

maxresdefault (2)
Quelle finesse dans les graphismes, quelle précision dans les animations. La forêt apparaît tellement chaleureuse avec ses énormes troncs feuillus, ces cosses de haricots géantes, cette chenille qui se dandine au premier plan. Chaque écran nous transporte dans le bucolique bienveillant typique de Disney.

39970-world-of-illusion-starring-mickey-mouse-and-donald-duck-genesis

Et bim on bifurque tout de suite dans un autre décor en l’occurrence une mine de diamants, fief de viles araignées. Et le reste est à l’avenant : séance de tapis volant dans les cieux, exploration de grottes sous marines dans une bulle de savon, promenade en plein monde pâtissier, immersion au sein d’une nuit de Noël…Je m’arrête là sinon je suis parti pour un descriptif complet de chaque stage !

Le gameplay est assez simpliste les ennemis s’éradiquent à l’aide d’un coup de cape magique et on est en fait quasi dans du walking simulator Disney/Porn finalement tellement le challenge est peu relevé.
Mais il est tellement plaisant d’arpenter ces Univers Disneyien que ça ne gâche aucunement l’expérience.

Comme je le mentionnais plus haut on va de découverte en découverte… Surtout lorsque, et quelle ne fut pas ma surprise, en débutant une partie avec cette fois-ci l’ami Donald je constate que certaines parties des niveaux sont totalement différentes !

Un bel exemple ci-dessous :

L’autre proposition innovante est comme je le mentionnais plus haut le jeu à 2. Surtout du fait qu’il fallait coopérer pour progresser.
Hormis les beat them all peu de jeux proposaient des parties en duo.

160366-251539-a686dbf82a9d0879353507a820dadb588e392ab8jpg-620x
Et là on parle carrément de mouvements spécifiques pour interagir avec l’autre.
Se faire la courte échelle, balancer une corde salvatrice pour aider son compagnon à grimper ou encore tirer ce bon vieux Donald lors de passages trop exigus pour son gros popotin.

Tout ces moments procuraient une satisfaction particulièrement gratifiante et participait à l’ambiance fraternelle et débonnaire se dégageant à chaque session.

Jeu charmant et mignonnet certes mais le friendly fire savait générer son lot de gentilles prises de choux et de coups bas pour s’amuser à enquiquiner son comparse. Chaque coup de cape mal placé transforme son +1 en tire bouchon ce qui en plein milieu d’un saut peut être problématique si un gouffre se trouve dessous ahah.

level5-boss1

De par son gameplay et son univers le plus fort était que le jeu était susceptible d’être pratiqué par des non gamers en puissance.
Bien avant la révolution Wii ma mère a donc pu m’accompagner de façon tout à fait honorable pour quelques parties !

En conclusion je crois que c’est un des jeux Megadrive que j’ai le plus souvent relancé solo ou en duo sans aucune lassitude tant les niveaux et les péripéties proposées offraient une variété et une magie qui fonctionnait à plein tube dans la famille.

segabits-world-of-illusion-clouds-600x450

Faites moi plaisir si vous ne l’avez jamais fait, jetez vous dans l’aventure la réalisation est encore absolument charmante et vous pourriez bien être surpris. Clin d’œil à Octopaddle c’est un jeu totalement compatible papagamer.  Avec son bambin , sa grand mère ou son chat c’est un jeu compatible tous genres et générations !

Je vous conseille à propos le très bon épisode de La Caz Retro si vous voulez en apprendre plus sur cette trilogie du bonheur ainsi qu’un super focus sur l’ensemble des jeux disney de l’ère 16 bits chez les amis de Paderetro.

Pour finir et montrer à quel point la synergie entre Disney et SEGA était bien réelle je vous plug ici un petit lien de nos confrères de MO5 relatant un showroom en plein Disney World présent entre 94 et 97 où près de 1000 m² était dédié aux jeux d’arcade et cent cinquante consoles jouables.

 

– Melkiok – https://twitter.com/melkiok

Publicités

10 réflexions au sujet de « World Of Illusion sur Megadrive »

  1. Hey ! On l’a fait sur Octopaddle nous aussi ! Ceci dit, je trouve que Quackshot reste le meilleur de la liste. World of illusion était sympa, notamment à deux (les animations des deux persos et les voix digits de Donald étaient vraiment fendardes) mais souffrait de quelques longueurs, notamment au stage 3, celui des bulles dans l’eau. Je l’ai fini deux fois.

  2. Quel jeu incroyable à l’époque! Et encore aujourd’hui!
    Son seul vrai point faible – qui peut être aussi son point fort aujourd’hui pour y jouer avec ses minis – c’est qu’il est vraiment très court et très facile!
    Si je n’ai jamais accroché à la version MD de Castle of Illusion (et que je lui préfère de très loin la version Master System), il faut avouer que ces trois jeux sont des valeurs plus que sures.

    Comme Lamyfritz, je pense que Quackshot est celui qui offre la meilleure replay value grâce à son challenge et son gameplay plus original (qui avait dû en dérouter plus d’un à l’époque!)

    • Castle of Illusion reste un bon challenge, qui met les nerfs à vif (putain de niveau de l’horloge) et reste beau à voir, avec une multitude de niveaux très courts. Jamais testé la version Master System.

    • J’avais fais la version remaster sur PS3 de castle of Illusion
      Un bon moment entre plaisir graphique univers Disney et frustration des phases plateformesque frustrantes dont je n’ai plus la patience (quand je pense que j’ai voulu tenter Shovel Knight ahah)
      En effet le jeu est court et facile pour World Of mais c’est ça qui te faisait toujours relancer la cartouche comme je disais avec n’importe quel public aussi bien ma mère ma sœur que la petite fille du voisin de 3 ans 🙂
      Mickey Mania, même si j’ai apprécié la qualité de la réalisation n’était pas aussi good feeling malheureusement

  3. Ping : La série Strike sur Megadrive | Another Retro World

  4. Ping : Souvenirs de gamers frustrés N°21 : Tiny Toons 16 bits | Another Retro World

Répondre

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l'aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s