Souvenirs de gamers frustrés N°17 : Flight of the Amazon Queen sur PC

melkiok Par Melkiok

Comme je le mentionnais ici en 1994 je me prend une belle claque dans le genre du Point and Click avec rien de moins qu’un des plus grands Lucas Art à mes yeux Sam and Max Hit the Road.

250px-Flight_of_the_Amazon_Queen_box_art

Après trois bon runs successifs sur le titre, car OUI la variété des dialogues et la myriade de « Description Clics » faisaient qu’on se lassait difficilement, il me fallait lui trouver un successeur.

Afin d’assouvir mon besoin d’aventure vla ti pas qu’au détour du Joystick 59 d’avril 95 je tombe sur le test d’un jeu parfaitement inconnu provenant du modeste studio Renegade qui était d’ailleurs plutôt coutumier des jeux d’arcade avec des titres comme The Chaos Engine, Gods ou encore Sensible Soccer.

 

Il s’agit de Flight of the Amazon Queen

Lire la suite

Publicités

Mode d’emploi n°15, Joypad n°94 (Février 2000)

yashide Par Yashide

On vous l’avait promis, voici la suite de notre nouveau rendez-vous consacré à la mythique dernière page du magazine Joypad, le « mode d’emploi ».

Petite remise à niveau pour les plus jeunes et les lecteurs de la concurrence, le mode d’emploi est LA rubrique emblématique pour grand nombre de lecteurs du mag, une sorte de timeline du mois précédant le bouclage, fait d’instantanés de la vie de la rédac, d’anecdotes loufoques pendant les voyages de presse, de running gag, de pétages de plomb, … Bref, tant de choses qui, par magie, créaient des affinités entre nous, simples lecteurs, et ces « journalistes » qui étaient pour nous des idoles, et qui donnaient l’impression de faire partie de la grande famille Joypad…

Pour retrouver l’intégralité des modes d’emploi déjà publiés, c’est par ici que ça se passe !

Raaah Lénine, réveille-toi !

En ce doux mois de février, la rédaction vit au rythme d’un prochain voyage au Japon… Une histoire de Playstation 2 dans l’air…

Mercredi 18 décembre

11h23 : Le PIXX (illustrateur) se pointe devant Traz et Greg, en train de s’activer pour le livret Pokémon de ce mois-ci. Il leur tend des dragées avec ces mots : « Tenez, j’ai bâti mes enfants ce week-end ! » Lire la suite

Another Retro World à Japan Party !

melkiok Par Melkiok

Bonjour à tous,

Après le joli succès de notre stand au sein du salon Ohayo Paris lors du Salon du fantastique Another Retro World remet le couvert et vous donne rendez-vous sur le salon Japan Party qui se tiendra sur Paris à l’espace Chevreul à Nanterre le 14 et 15 Avril ! Encore de la Pop Culture à foison bien entendu avec moult stands tournant autour de JV, Japon, Concours de Cosplay et j’en passe.

Cette année le thème choisi est celui du mythe Zelda ! Et pour honorer cela vous retrouverez donc sur notre stand les plus belles pièces JV de cette grande Saga accompagnés d’une sélection conséquente de magazines d’époque testant chacun des opus.

Lire la suite

Souvenirs de gamers frustrés N°16 : Blazing Dragons sur Playstation

yashide Par Yashide

Le point and click loufoque, vous en conviendrez, c’est limite un genre en lui-même. Entre les Day of the Tentacle, Monkey Island, Discworld, et d’autres encore, il y a de la concurrence sur le secteur ! Mettant le joueur aux commandes d’un dragon, Blazing Dragons semble également bien de ceux-là. Si j’ajoute en plus que l’univers est issu du cerveau déjanté du Monthy Python Terry Jones, le doute n’est même plus permis ! Développé par Illusions Gaming Company et édité par Crystal Dynamics, Blazing Dragons est sorti fin 1996 sur les plates-formes phares de la fin du siècle dernier, la Playstation et la Saturn, soit exactement à la même époque que les Chevaliers de Baphomet. D’après mes souvenirs, il n’a cependant pas bénéficié de l’exposition de son illustre concurrent. Je suis donc passé complètement à côté lors de sa sortie (j’étais de toute façon bien trop occupé à baver devant les screenshots de Broken Sword)

Lire la suite

Super Nintendo : 16 bits dans mon casque ̵B̵̵e̵̵a̵̵t̵s̵ BOSE

glenn Par Glenn

C’est avec le casque sur mes oreilles, une cartouche de Super Nintendo dans les mains que je remonte le temps aujourd’hui. En regardant son boîtier jauni, des souvenirs me reviennent. Des gestes, comme souffler sur les broches métalliques avant de lancer la console, émergent. Je me revois petit, maltraitant mes doigts sur la manette pour espérer sortir un Hadoken des mains de RYU. Très vite des musiques jaillissent dans ma tête, des petites stimulations émotionnelles qui me transportent dans mes souvenirs d’enfance.

Untitled5

Dans la guerre des consoles de l’époque, je me suis rangé du côté du plombier moustachu. Non pas que le hérisson Super Sayen ne me plaisait pas, mais le processeur sonore de la SNES quoi…
Déjà petit je sentais la différence, les musiques que crachait cette console me transportaient. J’étais dans ma bulle, scotché au point qu’au moment d’arrêter la console, je me créais des histoires sur les mélopées de mes jeux favoris pour continuer l’aventure. J’allais même parfois jusqu’à inventer des paroles sur les musiques : J’ai eu par exemple mon moment de gloire au lycée en inventant des paroles cochonnes sur le thème de Double Dragon (mais ceci est une autre histoire 😉

Capture

Reprenons, pour les têtes d’ampoules du premier rang, voici la spec du proc : Chip 8 bit Sony SPC 700, 8 voix ADPCM avec modulation de timbre, echo et reverb, s’il vous plait messieurs ! On parle de 8 voix disponibles sur lesquelles tu peux appliquer des effets et même des samples de voix. On avait affaire à un vaste espace de création pour les compositeurs. Cependant on est sur du rétro et l’espace mémoire dédié aux musiques restait limité.

Lire la suite