Les émissions de l’été N°1 : Fort Boyard

yashide Par Yashide

Aaaah les vacances scolaires, on ne se rend malheureusement compte qu’une fois entré dans la vie active à quel point c’était bon. Maintenant, c’est déjà assez exceptionnel de réussir à prendre ne serait-ce que deux semaines de congés d’affilée, alors 2 longs mois de vacances estivales, forcément ce n’est plus qu’une lointaine utopie… Malgré tout, même sans pouvoir me la couler douce durant tout l’été, il reste toujours un pilier indétrônable de la télévision qui me donne le sentiment d’être un peu en vacances et me ramène des années en arrière, accompagné de tas de souvenirs et anecdotes emprunts de nostalgie.

Cette émission, il s’agit de Fort Boyard, et c’est elle qui m’a inspiré l’idée de cette série d’article consacrée à divers programmes TV complètement indissociables des vacances d’été des années 90, et dont les visionnages rythmaient mon quotidien durant ces 2 mois. A tout seigneur tout honneur, le premier épisode des « émissions de l’été » sera donc consacré à Fort Boyard !

Emission de beauf, complètement has been ? Pas tant que ça il faut croire, puisque plus de 25 ans après son lancement, le Père Fouras et ses acolytes nains sévissent toujours à l’antenne, et que l’émission a été adaptée dans plus de trente pays étrangers ! Créé en 1990, Fort Boyard est un jeu télévisé, diffusé sur Antenne 2 puis France 2, dans lequel une équipe d’une demi-douzaine de candidats (essentiellement des célébrités, même si sur quelques saisons c’étaient des gens « lambda ») doit se livrer à toute une série d’épreuves afin de mettre la main sur le trésor du Fort, constitué de Boyards d’or, la monnaie locale.

Le jeu se déroule dans le Fort du même nom, situé au large de La Rochelle dans le département de la Charente-Maritime et a notamment été animé par Patrice Laffont, Sophie Davant, Cendrine Dominguez, Jean-Pierre Castaldi et aujourd’hui Olivier Minne (pour ne citer que les plus emblématiques)

Malgré quelques variantes au fil des saisons, le déroulement du jeu reste sensiblement identique. Dans une première partie les candidats doivent récupérer un certain nombre de clés en réussissant des épreuves variées axées sur la force physique, l’agilité, l’adresse ou la réflexion. Le temps alloué à chacune des « cellules » est délimité par l’écoulement d’un liquide bleuté dans les très célèbres clepsydres. Si le candidat ne parvient pas à sortir de la cellule à temps (SORS ! SORS !!!), c’est direction la prison ! Les clés récoltées serviront à la fin de l’aventure à déverrouiller la salle du trésor. Mais avant d’en arriver là il faudra également que les candidats découvrent le mot-code qui est indispensable pour que la fontaine à Boyard se déclenche !

Pour en arriver au mot-code, les candidats doivent ensuite faire face à des « aventures » totalement différentes des épreuves précédentes puisqu’elles sont cette fois orientées sur les phobies (saut dans le vide, araignées, serpents, scorpions, …), et ne leur rapportant plus une clé mais un indice (un mot). Le but étant d’accumuler un maximum d’indices et de deviner, par association d’idée, le mot-clé final.

Après quelques mini-jeux d’adresse ou de force face aux Maîtres du Temps affublés de leurs imposants masques de tigres permettant de grapiller (voire de perdre lors de certaines saisons) quelques précieuses secondes pour le dénouement, la dernière partie du jeu, en supposant que le mot-clé soit trouvé, est de ramener un maximum de Boyards avant que les grilles de la salle du trésor ne se referment et que les tigres ne reprennent possession des lieux !

La trame de l’émission est donc relativement simple et finalement assez peu originale, mais ce qui fait qu’elle est devenue mythique, c’est tout le background et les personnages hauts en couleurs du fort. Parmi les habitants du Fort les plus emblématiques, il y a bien entendu le Père Fouras, le gardien du fort, vieillard barbu à la voix rauque et aux énigmes capilotractées, les nains Passe-Partout, Passe-Temps et Passe-Muraille. Sans oublier Felindra la dresseuse de tigres ou encore (feu) la Boule qui emmenait manu militari les candidats en prison.

Restent également encore et toujours mythiques certaines épreuves qui ont été proposées tout au long de l’existence de Fort Boyard. En voici quelques-unes qui m’auront marqué :

les énigmes du père Fouras qui, du haut de sa vigie, jette la clé à la mer si le candidat ne parvient pas à répondre correctement.

le mur glissant : comme son nom l’indique, il faut que le candidat parvienne à se hisser au sommet d’un plan incliné extrêmement glissant, aidé seulement de quelques rares prises dispersées le long de la paroi. La grande majorité en ressortaient bredouille !

les cylindres : le pitch ? Une suite de cylindres de différentes tailles sur lesquels progresser à califourchon ou allongé, une clé suspendue au bout du parcours et surtout une candidate aux formes généreuses et au décolleté plongeant. Un taux de réussite très faible, mais un régal pour les yeux. En un mot : CULtissime (ce n’est pas un mystère si ce jeu existe toujours aujourd’hui…) ;p

les cotons-tiges : LE fameux duel de cotons-tiges géants sur une poutre

les jarres : une clé dissimulée à l’intérieur d’une jarre parmi des dizaines, au contenu assez peu ragoûtant (souris, vers, insectes, …)

le labyrinthe obscur : une aventure dans laquelle le candidat doit se frayer un chemin dans le noir en suivant le fil qui le guidera vers Ariane (pas celle de Dorothée). L’indice se trouvera dissimulé parmi de nombreux tatouages sur le corps nu (ah les années 90…) de la jeune femme.

Fort Boyard était réellement une émission qui me fascinait, au point que je me concevais des mini-épreuves à la maison en accrochant des clés à des endroits « cachés » ou peu accessibles et en m’imaginant des parcours alambiqués semés d’embûches pour les atteindre.

Des épreuves cultes, une ambiance plaisante, de l’aventure, des frissons, Fort Boyard est donc sans conteste LE rendez-vous incontournable du samedi soir durant toute mon enfance  et mon adolescence. Que ce soit à la maison ou sur notre lieu de vacances, je faisais tout pour être fidèle devant mon poste de TV tous les samedis, histoire de rater le moins d’émissions possibles et de vivre de grandes et terrifiantes aventures par procuration. Les années ont passé depuis, mais le charme opère encore et c’est toujours une émission que je regarde avec plaisir, accompagné des traditionnelles 2 boules de glace au chocolat !

En bonus, le générique et la chanson de passe partout qui fait toujours son effet 😀

Et LE site incontournable pour les amateurs du Fort : http://www.fortboyard.net/

– Yashide – https://twitter.com/lardon_83

Publicités

3 réflexions au sujet de « Les émissions de l’été N°1 : Fort Boyard »

  1. « au point que je me concevais des mini-épreuves à la maison »
    Haha! La même! Avec un souvenir spécial pour la fois où mon petit frère s’est ouvert la tête sur le coin du conduit de la cheminée lors d’une épreuve de lutte! 😀

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s