La saga ISS : Epoque Super Nintendo (Partie 1)

yashide Par Yashide

Dans la grande histoire vidéoludique, il y eut une période, dans les années 90, où les jeux de foot sortaient par dizaines, tous les éditeurs tentant de s’engouffrer dans ce marché juteux, j’en ai d’ailleurs évoqué un nombre non négligeable dans ces pages. Parmi toutes ces productions, de qualités diverses, deux éditeurs ont réussi à tirer leur épingle du jeu, au point d’aujourd’hui avoir le monopole sur le genre et se livrer à une concurrence acharnée. Je veux bien entendu parler d’EA Sports avec la franchise FIFA et de Konami avec son Pro Evolution Soccer.

ISS_cover

Le premier a déjà eu droit à un petit dossier en bonne et due forme sur Another Retro World, mais comme je vous l’avouais, mon cœur a toujours plus battu pour le rival Nippon. Il était donc temps de rendre hommage à la saga des ISS / PES que j’ai suivi avec assiduité depuis son origine sur Super Nintendo jusqu’à la fin de l’ère PS2. A l’instar des articles sur FIFA, je ne rentrerai pas forcément toujours dans les détails et les spécificités de chaque épisode sous peine d’être encore plus redondant et rébarbatif que nécessaire ! Ainsi débute mon dossier en 3 parties, chacune dédiée à la série sur une génération de console, Super Nintendo puis Playstation et enfin Playstation 2.

Mon histoire d’amour de plus de 10 ans avec la série a démarré peu de temps après sa création, dès 1994. J’ai découvert par hasard International Superstar Soccer lors d’une de mes régulières visites chez mon Score Games, alors qu’il tournait en démonstration sur une télé de la boutique. J’ai également accroché à la jaquette qui ressemblait énormément à mon goût à celle de World Cup sur Game Boy, et qui m’avait aussi fait flasher quelques années auparavant. Mais la comparaison s’arrête net puisque, les images du jeu défilant sous mes yeux, je vois d’emblée que cette fois-ci le visuel reflète un peu plus la réalité du jeu que dans le cas du jeu Game Boy !

Ceci dit,  cette semi-déconvenue m’ayant vacciné, je n’étais plus dupe, terminés les achats « à la jaquette » ! Le vendeur m’ayant en plus proposé d’essayer le jeu manette en main pendant quelques minutes, j’ai pu constater une sacrée évolution, notamment graphique, par rapport à mes références habituelles à cette période (Eric Cantona Football Challenge, European Club Soccer). J’avais enfin l’impression de m’approcher des jeux auxquels je jouais en vacances en arcade avec des gros joueurs style Super Sidekicks et Seibu Cup Soccer. Emballé c’est pesé, ne restaient plus que les 50 km du trajet retour à parcourir (et ouais…) et je pouvais enfin insérer la cartouche dans ma Super Nintendo et lancer ISS dans des conditions optimales.

Comme dans la majorité des jeux de foot, on avait accès à une grosse vingtaine de sélections nationales, la plupart représentant les équipes qualifiées pour la World Cup 94 aux Etats-Unis (ils ont quand même ajouté quelques absents notables dont la France et l’Angleterre). Cependant, comme ce sera également le cas dans de nombreuses itérations, l’absence de licence officielle fait que, les effectifs sont totalement fictifs.

Mais contrairement à ce qui fera bientôt la marque de fabrique de la franchise, les noms sont encore sans aucun rapport avec les patronymes des vrais joueurs, tout simplement vaguement des noms qui collent avec la nationalité. On retrouvait quand même quelques joueurs « réels » cachés parmi ces anonymes, comme par exemple le très classieux Roberto Baggio reconnaissable à son catogan, ou encore Carlos Valderrama le Colombien affublé de sa mythique tignasse blonde. Le gameplay était carrément orienté arcade, à base de slalom à fond les ballons pour transpercer la défense, sans oublier ma technique favorite de l’enchaînement de tacles sur l’aile pour progresser en enlevant le ballon aux joueurs successifs, suivi d’un repiquage vers le centre du terrain une fois aux abords de la surface pour mystifier le gardien de près.

Au milieu des modes de jeux basiques (coupe, ligue, tirs aux but), la principale curiosité était le mode Scenario, une feature assez peu répandue dans les jeux de foot finalement, dans lequel on pouvait rejouer ou modifier l’histoire pour retourner des situations désespérées ! J’ai tout de même eu du mal à me faire à l’idée de prendre part au tristement célèbre France-Bulgarie, dans lequel on doit prendre les commandes de Kostadinov et ses coéquipiers fictifs à 1-1 juste avant les arrêts de jeu, afin de planter le 2ème but et ainsi laisser les Français sur le carreau avant même d’avoir foulé le sol Américain…

ISS_Deluxe_cover

Après ce galop d’essai plus que concluant, ISS est revenu l’année suivante toujours sur la 16 bits de Nintendo dans une version « Deluxe », du plus bel effet lors du digit vocal sur l’écran titre ! Malgré mon amour pour son prédécesseur, je n’avais pas pris la peine d’acquérir ce 2ème volet au contraire d’un de mes  meilleurs amis d’alors. Je ne voyais au final qu’assez peu de changement par rapport à mon jeu fétiche donc les innombrables séances chez lui ou chez moi lorsqu’il ramenait son jeu me suffisaient amplement.

Bon, même s’il y avait peu d’évolution sur le fond, la forme était en tout point retravaillée et supérieure à la version initiale, que ce soit dans les graphismes, les animations, les digit vocales accompagnant les actions chaudes (« He shoots ! Great save ! »), ou tout simplement un feeling un peu plus agréable en jouant. Ah si, il y avait aussi le cheat code pour faire arbitrer le match par des bergers allemands (oui oui les chiens) grâce au Konami Code.  Mais vu qu’il fallait obligatoirement, par manque de moyen, faire des choix cornéliens dans les achats de jeux, il n’y avait rien de raisonnablement transcendant pour justifier un achat impulsif afin de profiter également du jeu lorsque je jouais tout seul.

La série de Konami était bel et bien lancée et m’avait immédiatement conquis avec ces deux premiers volets. Mais après des dizaines d’heures de joutes enflammées, seul ou à deux, ma  console favorite n’étant malgré tout pas éternelle, le passage à la vitesse supérieure était inéluctable. La Playstation allait bientôt faire son apparition, et pour mon plus grand plaisir, La saga ISS serait également de la partie !

To be continued…

– Yashide – https://twitter.com/lardon_83

Publicités

3 réflexions au sujet de « La saga ISS : Epoque Super Nintendo (Partie 1) »

  1. Ping : La saga ISS : Epoque Playstation (Partie 2) | Another Retro World

  2. Ping : Vacances 2017 : Estivation en approche | Another Retro World

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s