Sonic 1 sur Megadrive

melkiok Par Melkiok

Soso

Bonjour à tous,

Bon après avoir donné mes impressions sur ce merveilleux Sonic 2 je ne pouvais décemment pas laisser de côté le précurseur de cette belle Saga, à savoir Sonic the Hedgehog rester sans son article bien à lui n’est ce pas ?

Même si vous avez eu un aperçu de mon amour pour ce jeu au détour de mon article sur le Push de l’arrivée de la Megadrive ce cher Sonic premier du nom mérite qu’on s’attarde un peu plus sur son cas 🙂

L’origine de l’échidné est un peu connue de tous donc sans essayer de trop rabâcher aux plus Gamer qui nous lisent il faut juste savoir ces quelques faits pour comprendre la naissance de notre ami le hérisson Bleu :

tumblr_ktk8u692kd1qzqgkn

Naka San et Oshima San ❤

  • Une Situation de quasi monopole de Nintendo au début des années 90 et entre le déboulement du seigneur Mario Bros 3 et de la toute puissante Super Nes il faut réagir et vite !
  • SEGA sent qu’ils ont un coup à jouer sur le marché avec de beaux succès (les Jeux de sport EA notamment amène une belle dynamique) néanmoins il faut frapper un fort.
  • L’ambition est de contrer d’une ce fameux Mario si encombrant et de deux apporter une image un peu adulte et dans le vent que ce cher plombier bedonnant.
  • Une Team d’artistes (Yuji Naka & Naoto Oshima ces deux génies !) venant du département Recherche & Développement en interne après quelques errances de Design comme un bouledogue, un loup ou un lapin finissent par avoir la bonne idée et le Hérisson remporte tous les suffrages ! (rajout anecdote du bouquin retro Megadrive)

Comme je vous l’avais relaté dans mon article sur mon achat de la Megadrive ce fut pour moi tout simplement le jeu Bundle livré avec la console.
Mais c’était loin d’être un choix par défaut !

Que ça soit dans les mags de l’époque ou bien encore aux bornes de demo des hyper marché c’est vraiment CE jeu par dessus tout qui m’a fait défier l’autorité et braver le probable courroux de mes parents en vue d’obtenir ma Megadrive tant convoitée.

Ces couleurs chamarrées, cette musique mélodieuse, cette animation et ce scrolling venus d’ailleurs…bref le charme du petit échidné racé, impétueux et frondeur m’a tout de suite séduit !

Sonic_the_Hedgehog-title

Pour ce premier opus la composition est de 6 zones chacune divisée en 3 actes. Donc 6 zones * 3 actes = 18 actes contre 20 actes pour le 2 dont 11 Zones différentes.

Moins d’opulence dans la diversité des environnements du coup qu’avec Sonic 2 dont je vous parlais ici cela étant plus ou moins logique. On frappe toujours plus fort avec un second épisode 😉
Mais ma foi il y avait de quoi déjà bien s’amuser dans ce premier volet.

Sonic_The_Hedgehog_Genesis_Level_Select

Que ça soit la mythique Green Hill Zone (LE niveau de ma vie de joueur dans lequel j’ai passé le plus d’heures à flâner sans aucun doute), la gentiment stressante Labyrinth Zone avec sa gestion de l’oxygène (ce bruit trognon à l’absorption sa bulle) ou encore la douceur paisible (ahhh cette musique) de la Star Light Zone, chaque environnement avait un level Design aux petits oignons !

s1-ghz-summaryimg

Souvenez-vous c’était ici que je dévoilais les émois de ma première partie A DOMICILE. Et que par peur de manquer je décidais de faire en boucle uniquement ces trois premiers actes.

Bon bien sur je finis par ambitionner de dépasser cette cultissime première zone.

Marble Zone :

s1-mz-summaryimg
S’ouvrit à moi alors l’univers caverneux de cette chère Marble Zone. Qui m’a cueilli un peu à froid d’ailleurs tant le contraste avec la bonhommie luxuriante qui précédait fut fort.
Et puis cette structure labyrinthique « confinante » et oppressante brrr.

s1-mz-objectsimg6full
Mais ma foi la découverte de nouveaux pièges vicieux avec tous ces pics à gogo et autres éruptions de lave inopinées ainsi que l’apparition de nouveaux ennemis tels les chauves souris ou ces saloperies de chenilles suffit à me redonner des étoiles dans les yeux.

Spring Yard Zone :

s1-syz-summaryimg

Anciennement nommée « Sparkling Zone ».
La zone qui se veut Fun par excellence en mode Bumper et immenses cuvettes pour se faire des décollages dans les air vertigineux.
Mais qui m’a amené aussi pas mal de frustrations car le level design entrave souvent la progression et donc les pointes de vitesse me plaisant tant.

s1-syz-appearanceimg1full
Fun Fact : C’est l’acte 2 qui donne la possibilité de récupérer le plus d’anneaux de tout le jeu ! A savoir 221 (profitons-en d’ailleurs car la zone suivante sera la moins généreuse de tous les jeux Sonic !)
La tradition de cette zone à l’ambiance de Casino perdurera dans la trilogie avec les Casino Night Zone et Carnival Night Zone 🙂

Labyrinth Zone :

s1-lz-summaryimg

L’incontournable niveau aquatique de tout bon jeu de plateforme qui se respecte !
Et ma foi on va du coup totalement à l’encontre de ce qui fait la force de Sonic car ici il n’est pas question de rusher (hormis dans les parties « chute d’eau » où l’on se laisse allégrement dévaler). Et comme je le disais plus haut le loot à gogo d’anneaux dans la joie et l’allégresse, qui il faut le dire contribue au plaisir de jeu lorsque leurs doux tintements s’égrènent au fil de nos déambulations (oui oui je suis poète à mes heures), n’aura ici point lieu ou presque.

s1-lz-structureimg3full.png

Non par contre le graal de ces niveaux submergés d’une belle eau couleur turquoise est bien la sacro sainte Bulle d’air que l’on va guetter comme le messie !
Je me souviendrais toujours du premier compte à rebours qui retentit à mes oreilles lorsque j’ai commencé à arpenter les fonds marins ce fut la panique totale…

Star Light Zone :

s1-slz-summaryimg.png

Comme je l’ai dis en préambule ce fut avec Green Hill, MA Zone STAR si je puis me permettre ce jeu de mot du pauvre. D’ailleurs en écumant un peu le net et les différents avis de la communauté des fans on se rend compte que c’est cette zone qui remporte tout les suffrages.

J’y vois plusieurs raisons :

  • Une Mélodie smooth et relaxante (encore plus le cas avec la version 50 hz mais je reviendrais sur ce point ;))
  • L’ensemble est propice aux loopings et autres dévalades à fort dénivelé tant qu’on évite le bas du niveau (gouffres et séquences plateformes à risques)
  • En fait tout simplement une sensation de calme paisible et de zenitude après les turpitudes de la zone aquatique.

s1-slz-structureimg2full.png

Et comme on va le voir dans la zone suivante c’est la bulle d’air avant la punition qui nous attend dans les 3 actes finaux.

Scrap Brain Zone :

s1-sbz-summaryimg.png

Le contraste avec la Zone précédente est brutale. Le côté « Ballade à la cool de nuit parmi les buildings » fait place à un environnement froid, industriel et finalement totalement antipathique pour les hérissons ;-).

Le plaisir de la déambulation est fortement contrarié par l’amas de stress conséquent généré avec la succession de pièges vicieux et mortels.
Scies, Engrenages infernaux, Piques, Flammes rien ne nous est épargné !

Un petit point sur les Musiques qui elles non plus ne nous ménagent pas ! Agressives (autant dire un énorme changement avec la zone d’avant…) et dissonantes elles participent activement à nous maintenir dans cette atmosphère de danger permanent.

s1-stages-finalzoneimg2

Rajoutons que l’acte 2 ne comporte aucun petit lampadaire de sauvegarde ce qui est assez vachard et que pour couronner le tout on retrouve une partie inondée (même l’eau à une sale tronche genre bain toxique avec sa couleur violacée) !

Special Stages :

Mentionnons enfin les Special Stages qui sont une sorte de casse tête labyrinthique & Psychédélique où l’on doit se frayer un chemin en jouant avec l’inertie et les directions pour orienter notre ami en boule jusqu’au Saint Graal à savoir L’émeraude du Chaos. Au passage bien sur gavage d’Anneaux plus que recommandé pour faire le plein de vies et de continu.

s1special.jpg

Je me souviens avoir été impressionnée à l’époque devant ces effets de rotations ainsi que des arrières plans nous montrant des Oiseaux/Poissons ayant un effet polygoné. Mais bien rapidement le gameplay de ces phases de jeu m’a tapé sur le système (« Non oui saute oui presque…nonnn pas là sur l’exit Arggghh ») surtout que j’avais déjà gouté à la folie des Stages spéciaux de Sonic 2 autrement plus Fun !

Le Cas du 50Hz :

Bon bon cet article n’en finit plus mais bon il s’agit de mon tout premier jeu 16 bits hein alors soyez indulgent ;). Mais je me devais de parler du 50 Hz.

Comme vous le savez les pays d’Europe furent longtemps à la traîne sur cette fameuse problématique qui est à l’origine d’un nombre incalculable de tuto pour switcher sa console. En effet nos chers 16 bits européennes faisaient tourner nos jeux PAL en 50 Hz. La conséquence => L’expérience de jeu était totalement charcutée par une animation environ 15% moins rapide qu’a l’origine sans oublier le ratio d’image qui en prenait une claque et qui se retrouvait tassé par d’ignobles bandes vide en haut et en bas de l’écran…

Pour plus de détails érudits je vous renvois sur ce très bon article expliquant en sus le « Zonage » :

http://www.segakore.fr/index.php/2003/03/01/switchez-votre-mega-drive-2#.VweF7LnX_pI

Lors d’une partie entamée via émulateur à l’aube des années 2000 par une violente vague nostalgique qui commençait tout juste à m’envahir ce qui m’a surtout choqué hormis ces errances d’image c’est bien la musique qui n’était plus celle que j’avais connue ! Plus j’avançais moins mes oreilles en revenaient.


Alors certes coté animation « le kiff » fut total surtout quand je me munis de la super vitesse avec effet wahou à la clé mais bon…
Le pic du viol auditif s’est opéré avec la Star Light Zone qui du coup perdait 80% de son charme 😦


ARGGGGGHHH!

Mine de rien l’affect qu’on peut avoir sur une expérience retro étant intimement lié aux mélodies je n’eu d’autres choix que de rebasculer en mode bandes horizontales et animation cotonesque.

Il y aurait tellement encore à dire que je préfère couper court dans mes souvenirs (ma joie de la découverte de la nouvelle machine infernale de ce cher Robotnik à chaque niveau, le plaisir mignonesque que provoquait chaque délivrance de la petite bête atrocement mécanisé, l’émoi provoqué la première fois que je finis le jeu…) et garder un peu de votre attention sur le futur article consacré à Sonic 3 !

– Melkiok – https://twitter.com/melkiok

Publicités

8 réflexions au sujet de « Sonic 1 sur Megadrive »

  1. Un énorme souvenir et un « system seller » à lui tout seul ! Punaise, quel bundle, et surtout quelle claque… la NES en prenait pour son argent. Achetée avec mes petites économies et limité à une utilisation sur la TV familiale (quelle délicieuse frustration), que de souvenirs. As-tu fait le code qui permettait de rendre le jeu fou ? Pour moi c’était une première de voir cet aspect caché d’un jeu, et de visiter tous les niveaux à l »oeil 😉 Ma petite récap perso ici : https://octopaddle.wordpress.com/2013/11/20/1-sega-megadrive-cetait-plus-fort-que-moi/

  2. Les neveux ont été contaminé également, mais qui ne l’a pas été par Sonic !
    Dommage ils n’ont pas eu l’entraînement du tonton pour profiter des niveaux les plus avancés 😦
    Et à l’unanimité c’est la bande sonore du 50 Hz qui restera dans nos cœurs 🙂

  3. Moi j’ai bien aimé les niveaux aquatiques de ce jeu, ils étaient vraiment différents de ce qui se faisaient ailleurs, on ne faisait pas que nager. Et puis ce son de panique quand on commençait à manquer d’oxygène, c’était vraiment énorme (et stressant à mort)!

  4. Bon article assez fourni sur le sujet (c’est dur de s’arrêter ^^)
    Le 50hz a fait tellement de mal, mais c’est comme la VF d’une série quand tu connais pas la VO, ça passe ! Par contre y revenir est très dur !

  5. Que de souvenirs… j’étais ado, et j’avais admiré Sonic à Londres. Et quelle claque visuelle pour l’époque, rapidité du scrolling, et surtout ces rotations des niveaux bonus ! Puis arrivée de cette cartouche magique à la maison (payée chère!). La fierté de découvrir que le hérisson devient un super hérisson jaune avec les 100 anneaux, avant même qu’un titre de presse (tilt?) n’en parle, puis lance le cheat code (haut bas gauche droite ABC start, je m’en rappelle 25 ans après !)

  6. Je me souviens que ce jeu m’avait tenu en haleine pendant des heures. Même si je ne me rappelle plus des détails, je sais que je ne pouvais pas me lasser du Labyrinth mode. Tu l’as très bien résumé.

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s