NHL 97 sur Playstation

yashide Par Yashide

nhl97_jaquette

Au lendemain de la fin de la saison 2014-2015 de NHL, ponctuée par la victoire des Chicago Blackhaws face au Tampa Bay Lighting en finale de la Stanley Cup (la 3ème en 6 saisons, une première en plus de 25 ans), il n’était pas de meilleur moment pour moi pour évoquer un jeu de hockey (encore un me direz-vous, et ce n’est pas le dernier :D) avec ce NHL 97.

Après les heures passées sur NHL 94 sur Megadrive il était temps de monter à la vitesse supérieure sur Playstation avec NHL 97. Un microscopique test « vite vu », accompagné d’une simple et unique image, dans Player One avait permis d’attiser mes convoitises. Mais le screenshot, une banale prise de vue lors d’un face off, était largement suffisant pour faire travailler mon imagination puisqu’il laissait entrevoir le gap technique qui séparait cet épisode de ses prédécesseurs, et principalement… L’apparition de la 3D pleine de polygones !

nhl97_test_player_one

Je me souviens avoir passé les dernières semaines d’attente avant d’avoir la dernière cuvée à jouer à NHL 95 sur PC chez mon pote, et c’était assez folklo d’ailleurs puisqu’alors que l’un jouait au clavier l’autre devait se farcir le joystick… Oui oui un bon joystick des familles, pas l’idéal certes mais on avait fini par s’y habituer et ne pas être ridicule.

Mais revenons à nos caribous avec la cuvée 97 de la saga d’EA Sports (it’s in the game), qui démarre sur une cinématique bien kitch avec les masques des gardiens qui apparaissent dans la glace ou dans l’eau, mais qui produisait néanmoins son petit effet à l’époque.

Les modes de jeux sont tout ce qu’il y a de plus classique avec de l’exhibition, une saison, des play-offs et des tirs au but auxquels s’ajoute possibilité de customiser les équipes en réalisant des transferts. On peut alors s’amuser à constituer des équipes de malade (le jeu prévient quand même que le transfert est refusé mais on peut passer outre l’avertissement) ou au contraire suivre l’évolution des vrais transferts (je n’avais pas accès à ces informations en ces temps reculés sans internet, donc…). Notons également la possibilité de créer des joueurs et de les intégrer à une franchise de la NHL, jouer aux côtés de mes idoles Mario Lemieux et Jaromir Jagr, quelle classe !!!!

Une fois le match lancé, on constate tout de suite que l’on profite de l’apport du CD avec l’habillage des rencontres : l’introduction du match en vidéo par un commentateur et la présentation des effectifs suivis d’un bout de l’hymne américain (ou canadien selon le lieu de la rencontre) nous plongent dans l’ambiance. Mais l’évolution technique depuis les versions 16 bits n’a pas forcément que du bon, puisque l’on perd pas mal en rapidité et fluidité de l’action avec le passage à la 3D. Les tirs ne donnent pas d’impression de puissance et les joueurs glissent avec moins d’agilité sur la glace que dans les moutures précédentes. EA Sports aurait également pu aller plus loin en ajoutant les commentaires in-game (il n’y a que les annonces de buts et de pénalités) mais ce n’est qu’un détail pour l’époque.

Tout ça suffisait cependant largement à faire mon bonheur et à passer des dizaines d’heures sur la glace en attendant la version suivante !

Je terminerai par un petit point sympa (et qui sera récurrent dans mes prochains articles estampillés NHL), le premier souvenir qui m’est revenu en tête lorsque j’ai décidé que j’écrirai cet article sur NHL 97. Je vais donc vous dévoiler LA méthode radicale pour marquer facilement dans cet épisode : passer latéralement juste devant le but et tirer ! En effet, dans le meilleur des cas (pour l’attaquant), le goal se couche lamentablement et il n’y a plus qu’à pousser le palet dans la cage vide. Mais même sans aller à cet extrême, même si le gardien ne se jette pas il y a de grandes chances qu’il soit en retard et qu’il ne puisse arrêter le tir.

Le jeu est donc relativement facile même en mode de difficulté all-star du fait du « glitch » ci-dessus (même si cela fonctionne évidemment moins souvent que dans les difficultés moins élevées). La preuve, je n’ai eu aucun mal à gagner dès mes premiers matches en y rejouant. Pour un peu plus de challenge, rien de mieux bien entendu qu’un adversaire en chair et en crosse !

D’ailleurs à l’époque je ne faisais pas de rotations de lignes donc c’était toujours les mêmes 5 joueurs dans mon alignement, je pouvais donc terminer mes saisons ou mes play-offs avec un nombre totalement invraisemblable de buts ou d’assists pour mes inamovibles titulaires…

Après un dernier tour d’honneur de la patinoire en brandissant fièrement la coupe Stanley, je retourne aux vestiaires ranger casque, patins et crosse, et on se retrouve la saison prochaine sur la glace pour la cuvée 98, qui sera, je vous l’annonce, légèrement mouvementée…

– Yashide – https://twitter.com/lardon_83

Publicités

6 réflexions au sujet de « NHL 97 sur Playstation »

  1. Nhl, une de mes franchises préférées. J’ai commencé en 1993 sur Megadrive et j’ai fait une pause en 1997 avec cette version qui m’a déçu à l’époque, par contre je n’ai pas lâché la NHL, que je suis tous les ans. Ce n’est que mon avis mais, aucun volet ne sera à la hauteur sur cette génération de consoles et il faudra attendre la XBOX 360 pour retrouver des NHL dignes de ce nom.

  2. Ping : Souvenirs de gamers frustrés N°15 : Wayne Gretzky’s 3D Hockey sur N64 | Another Retro World

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s