International Track & Field sur Playstation

yashide Par Yashide

ITF_cover

Si vous êtes lecteur assidu d’Another Retro World, vous saurez peut-être déjà que je suis particulièrement friand de simulations sportives, et notamment que j’ai pratiqué dès mes plus jeunes années l’astiquage de joystick et le bourrinage compulsif de boutons sur les jeux d’athlétisme. Hobby certes défoulant mais plutôt exigeant physiquement et risqué pour le matériel…

C’est donc avec un enthousiasme non dissimulé que j’ai accueilli en 1996 l’arrivée sur Playstation de cet International Track & Field de Konami, suite de l’antique Track & Field datant de 1983 (excellente année, si je puis me permettre…). La réception du jeu dans les magazines de l’époque étant de plus complètement unanime (FUN, FUN, FUN !!!), je me suis empressé de l’acheter afin de pouvoir y jouer avec mon père, lui aussi amateur de jeux de sports (au gameplay simple si possible, il ne fallait ni trop de boutons ni trop de combinaisons de touches)

Un gameplay simple, mais qui suit une évolution constante au fil de mon parcours sur les jeux multi-épreuves, puisqu’après la combinaison joystick / bouton dans Decathlon sur Atari 2600, puis 2 boutons (un pour la course, un pour l’action) dans Track Meet sur Game Boy, on passe ici à la vitesse supérieure. La course ou la prise d’élan s’effectue maintenant en alternant le matraquage de deux boutons alors que l’action (déclenchement du saut, du lancer, …) reste assigné à l’un des deux autres boutons du paddle.

Mon père et moi étions sensiblement du même niveau, mais chacun avait son point fort : lui était plus efficace dans le bourrinage alors que pour ma part je manquais un peu de vitesse que je compensais avec un meilleur timing dans l’action. La découverte à la fin des magazines Ultra Player du top des records envoyés par les lecteurs et les rédacteurs ont alors fait prendre une tournure totalement nouvelle et inattendue à notre expérience… Le face à face c’est bien marrant, mais là on pouvait carrément se confronter au monde entier ! (bien sûr j’exagère mais l’idée est pourtant là) Les highscores étaient complètement démentiels et à des années lumières de nos piètres performances individuelles respectives.

Ultra Player N39- Page 0122

Et là, la révélation, pourquoi ne pas unir nos forces pour tenter de se hisser au niveau des meilleurs ? Il fallait donc jouer à deux sur la même manette en se répartissant les tâches, mon père se chargeant du bourrinage tandis que j’apportais ma contribution plus subtile en gérant le bouton d’action pour doser le plus efficacement possible  les prises d’appui et les angles de saut / lancer.

Oh les meilleurs scores restaient tout de même la plupart du temps hors de notre portée pour notre niveau, mais on pouvait légitimement sur certaines épreuves prétendre rivaliser et entrer dans le top. Nous avions même commencé à prendre des photos de nos performances pour participer à la course virtuelle au record du monde en les envoyant à la rédac’ d’Ultra Player, avec l’espoir de finalement voir notre nom apparaître dans le mag. Malheureusement, nous n’avons jamais été jusqu’au bout de la démarche. C’était bien sûr assez galère avec la technologie de l’époque. Appareil photo argentique oblige, il fallait espérer que les photos ne soient pas ratées et attendre le développement de la pellicule… Je suis d’ailleurs persuadé que ces photos ont fini par tout de même être développées et qu’elles traînent encore quelque part au fond d’un carton.

International Track & Field fut donc un jeu  loin d’être original, ultra répétitif, mais tellement efficace et fidèle aux promesses laissées espérées dans les tests. Et malgré un manque flagrant d’intérêt à y rejouer aujourd’hui, resteront toujours les excellents souvenirs des parties avec mon père. Pour une fois que je pouvais jouer avec lui en me donnant à fond, sans me retenir par crainte de l’écraser et de le dégoûter du jeu !

– Yashide – https://twitter.com/lardon_83

Publicités

2 réflexions au sujet de « International Track & Field sur Playstation »

  1. J’ai bien connu ces jeux là de part mes frères, et ça faisait un vrai bruit de mitraillette ! D’abord track & field 2 sur nes (dans la veine hyper soccer/blades of steel/double dribble), puis olympic gold sur megadrive et enfin 3do decathlon (version pc). Tu as connu la technique du briquet dans le tee shirt ? Mes frères calaient la manette dans un oreiller :D.

    Il me semble qu’on a eu ce jeu à prêter sur psx aussi :D.
    Dans la même genre mais plus tard, j’ai bien aimé atlanta 96 sur super nes (en ému) et mario et sonic aux JO (surtout le londres 2012), auquel j’ai joué longtemps lors d’une soirée arrosée pour me retrouver plein de courbatures le lendemain (secouer une wiimote c’est moins dangereux pour la manette mais un peu plus pour ton corps :D).

    • Le briquet dans le T-Shirt ??? Je ne savais pas qu’on pouvait combiner les 2 techniques 😀

      Moi J’ai plus récemment un peu joué à Mario et Sonic aux JO et à Track & Field sur DS mais pas assez pour maîtriser 🙂

      Mon préféré reste donc Track Meet sur Game Boy ^^

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s