Special Halloween : Retour sur les Jeudis de l’angoisse

melkiokPar Melkiok

AMKaKComme je vous l’avais déjà un peu teasé dans mon article spécial Halloween de l’an dernier les films d’horreur et moi ça a toujours été une grande histoire d’amour.

Tout petit déjà je goûtais donc aux « joies » de l’infâme Freddy Krueger, mais ce ne fut pas le seul croquemitaine à prendre possession de mes nuits agitées (fallait bien que ça se paye tous ces visionnages clandestins).

Dans la cours de récré les VHS enregistrées de l’horreur s’échangeaient sous le manteau (ou plutôt dans les cartables) et c’est avec des étoiles dans les yeux et ce doux sentiment d’interdit que je pus découvrir le bourrin/mythique Aliens, le rigolo/crado Tremors ou encore le flippant/traumatisant Chucky. Lire la suite

Publicités

MASK… dans la base secrète déjà les moteurs grondent

yashide par Yashide

mask-logo-1 Cela fait petit un moment qu’on ne s’est pas penché sur les Dessins Animés et jouets de notre enfance ! Un petit passage chez ma mère avec dépoussiérage de souvenirs et un gros coup de nostalgie plus tard, ce n’était pas plus qu’il n’en fallait pour remédier aujourd’hui à cette longue absence, avec un article tout nouveau tout beau consacré à… M.A.S.K.

M.A.S.K. (pour Mobile Armored Strike Kommand) , c’est tout d’abord un dessin animé franco-américain créé, entre autres, par le grand (que dis-je, l’immense!) Jean Chalopin (également papa entre autres des Mystérieuses Cités d’Or, Ulysse 31, Jayce et les Conquérants de la Lumière, les Popples, le parc d’attraction « Planète Magique », … pas trop dégueu comme CV…), et diffusé en France aux alentours des années 1986-1987.

Lire la suite

DOOM, la révolution du FPS

melkiokPar Melkiok

Comme je vous le disais dans mon précédent article j’ai pu m’initier avec Wolfenstein 3D à un tout autre type de jeu, celui du FPS (terme alors pas du tout employé pour désigner ce genre) où en arpentant des couloirs il fallait dessouder du soldat Nazi à foison.
Évidemment avec son succès retentissant, bien aidé il faut l’avouer par tout l’aspect polémique initié par le contexte du jeu (référence Hitlérienne et croix gammées à tout les coins de rues) ID Software ne pouvait décemment pas s’arrêter là, ils avaient trouvé un filon et il n’allait pas le lâcher de si tôt.

1-DoomBoxEt dites vous bien que ce n’est absolument RIEN comparé à la sortie de leur jeu suivant, dont la date est carrément qualifiée de Doomsday, je veux bien sûr parler de… DOOM.
Mais avant d’en dire plus sur le jeu , resituons un peu les choses de mon petit point de vue de l’époque.
Nous sommes début 94, mon frère est à la fac et qui dit fac dit échange de jeux à gogo entre étudiants… Et ce qui occupe les universités à cette époque, comme les hôpitaux, les administrations ou tout simplement le concierge du coin dans sa loge, c’est le phénomène DOOM.
Lire la suite

On en rêvait, on ne les a pas faits : Souvenirs de gamers frustrés N°2

On vous avait prévenu les amis. Notre enfance fut terrible avec toutes ces frustrations vidéoludiques ! Et puis c’est bien connu on désire toujours deux fois plus ce qu’a priori on ne pourra jamais posséder…

bart_jv

Voici donc le deuxième numéro de nos souvenirs de gamers frustrés, avec au programme aujourd’hui Skate or Die sur Game Boy pour Yashide et Cyber Lip sur Neo Geo pour Melkiok !

Lire la suite

Bienvenue à Mirapolis !

yuuyakun par YuuyaKun

Logo_Mirapolis

Bienvenue à Mirapolis,
Entrez, entrez petits et grands,
Laissez les mineries en coulisse

Chantait notre cher Carlos, parrain de ce parc qui fait malheureusement aujourd’hui partie de la liste des parcs disparus, comme son homologue Planète Magique.

Mais commençons par le commencement…

Mirapolis, premier grand parc d’attraction français a ouvert ses portes le 20 mai 1987, inauguré par le 1er ministre d’alors Jacques Chirac, à Courdimanche (proche de la ville de Cergy Pontoise) pour les fermer définitivement le 20 octobre 1991.
Ce projet, démesuré pour l’époque, fut développé autour d’un thème bien de chez nous : les contes et fables de France. Eparpillées sur 47 hectares, les 29 attractions présentes lors de l’ouverture étaient, à l’instar des parcs de Walt, regroupées en zones thématiques pouvant être parcourues via un petit train d’une capacité d’environ 100 personnes.

gargantua Lire la suite