Track Meet sur Game Boy

yashide Par Yashide

track_meet_jaquette

Je suis sûr que vous avez tous déformé des t-shirts ou pété des manettes sur des jeux d’athlétisme dans lesquels il fallait secouer frénétiquement les joystick ou bourriner « en rythme » les boutons ! Track Meet, sorti en 1992 sur Game Boy, développé et édité par Interplay, fait partie de ce type de jeux qui m’ont provoqué tant de crises de nerfs et de crampes dans les doigts ! Bon le problème ici, c’est qu’il faut éviter d’être trop violent, sinon c’est directement la console qui morfle…

track_meet_title

Citius, Altius, Fortius

Ce jeu est pour moi le digne héritier de Décathlon sur Atari 2600 sur lequel j’ai usé mes paumes de main dans mon enfance. Il permet de s’adonner à 7 disciplines olympiques (100m, 110m haies, lancer de javelot, saut à la perche, saut en longueur, lancer de disque et haltérophilie), et de se confronter en face à face sur ces épreuves à 5 champions aux qualités et caractéristiques spécifiques, je reviendrai plus loin sur ce point.

Les 2 boutons de la Game Boy autorisant peu de possibilités quant aux gameplay envisageables, il s’agit dans tous les cas de matraquer le bouton A pour courir / charger la barre de puissance et d’appuyer avec le bon timing sur le bouton B pour effectuer l’action (sauter les haies ou planter la perche dans le butoir par exemple). Quelques variantes tout de même, puisque le 100m n’implique que le bourrinage alors que pour le saut en longueur et le lancer de javelot, il faut appuyer une première fois sur le bouton pour amorcer l’action et déclencher une « jauge » d’angle, continuer d’engranger de la puissance et enfin appuyer à nouveau lorsque l’angle est optimal.

Des rivaux sans scrupules

Comme je vous le disais précédemment, 5 athlètes se mettent en travers de notre chemin pour devenir le Christian Plaziat de la 8 bits. A la fin de chaque épreuve, un nombre de points sera attribué en fonction de la performance réalisée, et le total permettra de déterminer le vainqueur.

track_meet_ricky_prez

Le premier concurent se nomme Ricky the Barbarian. Comme son nom et sa photo le laissent supposer, c’est un gros bourrin complètement stupide, qui excelle dans les épreuves de puissance (l’haltérophilie et le lancer de disque, qu’il recrache après avoir essayé de le manger, croyant qu’il s’agit d’un cookie) mais complètement nul pour le reste (il est lent, fonce tout droit dans les haies, dans la barre de saut à la perche, …)

track_meet_swammi_prez

Vient ensuite Swammi Pastrami le fakir, qui chevauche un tapis volant pour les courses, fait léviter les haltères ou encore utilise ses dons de charmeur de serpent pour dresser une corde lui servant de perche. Il est très moyen dans quasiment toutes les disciplines, mais reste un sauteur en longueur redoutable.

track_meet_ninja_prez

Le 3ème concurrent est un Ninja du nom de Kenichi Katana Ninja (original non ?), lui aussi plutôt moyen et ne se démarquant dans aucune discipline. Il se sert quand même de ses aptitudes pour faire des saltos au dessus des haies, sauter à la perche sans perche, ou lancer un shuriken en lieu et place du disque.

track_meet_irwin_prez_2

Les choses sérieuses commencent maintenant, avec Irwin B. Cheetin, un ingénieux adversaire qui utilise des astuces de son invention pour réaliser des performances remarquables. Des espèces de rollers à propulsion pour courir plus vite, un fusil pour lancer le javelot, un levier pour soulever les haltères sans le moindre effort, … Contrairement aux 2 athlètes précédents, Irwin n’a pas vraiment de point faible et il ne faudra pas trop se rater pour espérer le dominer.

track_meet_jack_prez_2

Et pour finir, LE champion incontesté, Jack Strop… Le boss du jeu en quelque sorte. Sous ses faux airs de Jean-Pierre Foucault (voire de Patrick Simpson Jones), Jack excelle dans toutes les épreuves sans avoir besoin de recourir à la moindre tricherie. C’est le meilleur, tout simplement ! De l’entraînement, de la régularité et de la précision… Il sera impératif de claquer record sur record pour en venir à bout, même sur la plus petite des marges…

Tout tenter, au risque de se faire une hernie ou de lancer le disque hors zone :p

Une durée de vie de 10 ans !

Faute d’une technique suffisamment performante pour le vaincre (en ignorant que j’étais je me servais de mes doigts, donc difficile de garder une cadence effrénée sans se fatiguer), Jack fut mon cauchemar toute mon enfance durant. Je parvenais sans trop de souci jusque lui mais impossible de franchir la dernière marche pendant des années. Ce n’est qu’après avoir goûté aux joies de International Track ‘n Field en 1996 sur Playstation que j’ai découvert les techniques dites du T-shirt ou du briquet. Je me suis donc remis sur le tard avec acharnement pour enfin terrasser ma bête noire, et ma Game Boy s’en souvient encore, les frottements du briquet ayant carrément « poli » les abords de mon bouton A…

Track Meet est également pour moi synonyme de nostalgie, avec des souvenirs inoubliables d’un voyage scolaire en Angleterre en 2000 (j’étais en 1ère, ça ne me rajeunit pas :/), à jouer le soir jusqu’à pas d’heure comme des tarés à se tirer la bourre avec mon meilleur pote pour tenter d’aller toujours plus loin, plus fort plus vite (jusqu’au bouuut de l’extrême limiiite – vive les références de merde hein) et améliorer nos records.

J’y rejoue encore de temps en temps, mais plutôt sur Game Boy Advance ou sur émulateur pour préserver ma Game Boy et son écran vieillissant. Impossible par conséquent de jouer dans des conditions optimales et espérer surclasser Jack, mais malgré ma frustration de compétiteur, la nostalgie suffit à me faire apprécier le moment. C’est donc un jeu que je vous recommande, rien que pour le plaisir de se confronter à tous ces adversaires loufoques !

Et que vous soyez novice ou déjà pratiquant confirmé, n’hésitez pas à m’envoyer vos records pour une petite compétition (et si ça devient sérieux, je ressortirai la Game Boy, promis !)

– Yashide – https://twitter.com/lardon_83

Publicités

5 réflexions au sujet de « Track Meet sur Game Boy »

  1. Haha, avoue que t’es caché dans mon placard, j’ai une petite soixantaine de jeux game boy, des jeux achetés en lots (donc pas de trucs bien recherchés) et 75 % des tes tests touchent un jeu que j’ai (revenge of the gator, nintendo world cup, bugs bunny crazy castle) et là c’est Track Meet :D. J’y ai peu joué, justement pour pas bousiller ma belle gba sp bleu métal, mais sur emu je peux relever le défi du high score hein 😀 méfie toi. Faudrait que je fasse une petite photo de ma collectione gb, j’suis sur qu’il y en aura un packet sur lesquels t’as déjà prévu d’écrire un test.

  2. Haha Caesar’s Palace, quand j’étais petits mes frères avait la GB et seulement ce jeu et « Goal », du coup j’y ai joué pas mal et l’ai racheté intentionnellement y’a pas si longtemps, d’ailleurs ça a été mon premier test vidéo sur youtube :D, si ça t’intéresses :

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s